Espai Carme Thyssen

L'exposition

Villes et espaces habités

DU 12 JUILLET AU 18 OCTOBRE 2015

Barcelona-Paris-New York. D'Urgell à O'Keeffe

Collection Carmen Thyssen

L’exposition montre l’évolution de la représentation de la ville du Romantisme aux Avant-gardes dont les trois métropoles du titre sont de parfaits exemples.  Pour traiter ce sujet, les influences esthétiques et la personnalité des artistes racontent la transition du 19e au 20e siècle : du monde rural à la vie urbaine et au changement de la société.

Barcelona, Paris et New York sont les protagonistes, ainsi que les gens qui y habitent. Ce sont les citoyens qui, immergés dans le tourbillon de la ville, cherchent l’intimité, soit dans les pièces de la maison, soit dans un jardin.  

  • partager

L'exposition détaillée

​Une visite par l'exposition

  • I. Le réveil d'un nouveau monde

    I. Le réveil d'un nouveau monde

    Quand la modernité arrive, le Romantisme évoque le paradigme d'un monde qui résulte d'une rencontre de l'individu avec l'essence de la nature. Le monde rural cède le pas à la révolution industrielle et, par conséquent, à la transformation de l'environnement et de la vie quotidienne.

    . Salle1. Les changements du nouvel environnement, issus devient de l'industrialisation, apparaissent déjà dans le paysage de paix et de sérénité. L'apparition de la lumière sera le début de la transformation des habitudes sociales.


    Œuvres d'Urgell, Meifrén, Luce...

     

     

  • II. Barcelona: une ville vivante

    II. Barcelona: une ville vivante

    L'organisation de l'Exposition Universelle de 1888 donne à Barcelone un air cosmopolite, en montrant au monde une ville moderne. Le futur s'aperut avec optimisme dans un nouvel horizon de progrès et prospérité. Les habitants de Barcelone sont les témoins du changement urbanistique et, en même temps, de l'expansion de nouveaux modes de vie, de loisirs et de relations sociales, qui coexistent avec la tradition. 

    . Salle 2. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, Barcelona commence à être vue comme la ville cosmopolite qui va consolider sa vocation internationale pendant les premières décennies du XXe siècle. 

    Œuvres de  Pursals, Pellicer, Sanvicens...

     

  • III. Paris: instants éternels

    III. Paris: instants éternels

    Cent ans après avoir été le modèle de révolution politique de l'époque, au XIXème siècle, Paris veut devenir la ville la plus moderne du monde. Jusqu'à la moitié du XXe siècle, Paris sera le centre de l'art occidental, avec une communauté d'artistes établie à la ville et des écoles reliées aux meilleurs peintres du moment. 

    . Salle 3. L'histoire, les rues et un bon nombre de bâtiments emblématiques de Paris seront immortalisés dans les toiles de nombreux artistes, qui étaient attirés par la Ville Lumière. 

    Œuvres de  Pissarro, Puigaudeau, Amat...

     

  • IV. À l'intérieur

    IV. À l'intérieur

    Du spectacle de rue à l'intimité de la maison ; du mouvement incessant à la tranquillité et au silence. Les habitants ouvrent les portes de leurs maisons et en partagent les pièces, le quotidien le plus intime, le quel réveille la poésie des espaces. L'être humain est le protagoniste de l'histoire, l'individu qui vit en communauté à la ville et chez soi. 

    . Salle 4. Les intérieurs, espaces féminins et intimes, favorisent les complicités de la vie en commun. Ce sont de relations intérieurs-extérieurs, avec lesquelles on exprime les désirs qui sont loin du quotidien. 

    Œuvres de Holsoe, Barrau, Lobre...

    . Salle 5. On cherche de la tranquillité réparatrice dans ces espaces domestiques, laquelle contraste avec le rythme frénétique de la métropole. La femme est la protagoniste. La dernière pièce de la maison mène au jardin, au souvenir du paysage nostalgique.

    Œuvres de Corot, Morisot, Pruna...

    . Salle 6. Les fleurs sont les protagonistes dans la nature ordonnée du jardin domestique. Les fleurs, tant à l'intérieurs qu'a l'extérieures de la maison, anticipe le repos spirituel qu'on trouve dans le jardin.

    Œuvres de Monet, Meifrèn, Kokoschka...

     

  • IV. New York: projection cosmopolite

    IV. New York: projection cosmopolite

    New York change au XIXe siècle : elle est déjà la ville la plus grande des États-Unis en 1835. Les artistes s'inspirent des scènes quotidiennes et reflètent la transformation de la ville, qui était une réference de modernité durant une grande partie du XXème siècle. 

    . Salle 7. Pendant la construction de la grande métropole, les immigrants et les relations de quartier ont une incidence sur les moments de loisir.

    Œuvres de Brown, Kuhn, Pène du Bois...

    . Salle 8. La géographie urbaine est le trait d'union des artistes, de l'abstraction jusqu'à l'hyperréalisme et au photoréalisme. 

    Œuvres d' O'Keeffe, Estes, Nesbitt...