Espai Carme Thyssen

L'exposition

Villes et espaces habités

du 16 juillet au 15 octobre

Un monde idéal, de ​Van Gogh ​à Gauguin ​et​ Vasarely. Col​l​ection Carmen Thyssen

Différentes réalités

Composée par une cinquantaine de tableaux, Un monde idéal, de Van Gogh to Gauguin et Vasarely. Collection Carmen Thyssen veut souligner l’humanisation de l’art qui cherche la beauté,  autant en la composition qu’en l’âme du paysage qui entoure l’être humain.

L’itinéraire présente trois façons différentes de regarder, observer et interpréter le monde : l’objectivité du naturalisme, l’étude de la lumière du impressionnisme, et l’expérimentation d’un nouvel ordredes Avant-gardes.

Au-delà de la simple contemplation des tableaux, Un monde idéal. De Van Gogh à Gauguin et Vasarely encourage le spectateur à découvrir la différence entre réalités habitées et souhaitées, grâce au dialogue entre les œuvres.  

 

  • partager

L'exposition détaillée

​Une visite par l'exposition

  • Un monde idéal

    Un monde idéal

    . Salle 1 : Un monde idéal présente un parcours à travers de l’esthétique dans la perception du paysage du naturalisme aux avant-gardes. Quand la peinture prend le défi de transformer le monde en image, la perception de l’environnement ne sera plus jamais comme avant.

    Œuvres de : Gauguin, Sisley, Guillaumin... 

  • I. Image de la réalité

    I. Image de la réalité

    Le naturalisme (dernier tiers du 19e siècle) est un mouvement artistique qui veut refléter fidèlement la réalité et se base sur la méthode scientifique et le positivisme. Bien qu’en apparence le naturalisme et le réalisme n’aient rien à voir avec le romantisme, l’apparition de ces deux mouvements est comprise comme épilogue romantique.

    . Salle 2: L’œuvre Moulin à eau de Gennep (1884) de Van Gogh est un clair exemple de la volonté du naturalisme de représenter le paysage et la présence humaine sans les idéaliser.  

    Oeuvres de :  Van Gogh, Urgell, Martí Alsina…

    . Salle 3: Le réalisme de scènes méditerranéennes nous transmettent une certaine nostalgie d’un passé plus harmonique par rapport à la nature, plus complice et dépendant. Les nouvelles relations entre l’individu et le monde trouvent une réponse dans la modernité.     

    Oeuvres de : Rusiñol, Meifrèn, Amat...

  • II. Le monde, un immense jardin

    II. Le monde, un immense jardin

    L’impressionisme développe la vision analytique du paysage, la perception scientifique de la lumière, sans abandonner le regard poétique, capable de retenir la fugacité de l’instant dans l’éternité de la peinture.  

    . Salle 4: L’artiste change son étude par travailler dehors et retenir la nature vivante, libre de sa peau, éclat de lumière. 

    Œuvres de: Pissarro, Bilbao, Regoyos...

     

    . Salle 5: Le dialogue entre la campagne et le jardin privé va souligner la recherche et le besoin humain de connecter avec la nature, dont le témoignage sera à travers de la image peinte.

    Œuvres de : Galofre, Pla, Cabral...

    . Salle 6: Bien que ce soit un paradis, un jardin ou un habitat au milieu de la nature, la peinture nous montre une relation avec le monde, qui est profondément significatif, même  dans des endroits accueillants, où tout est calme et bucolique.

    Œuvres de: Llimona, Pinazo, Martínez Cubells...

  • III. Géographies de l’idéal

    III. Géographies de l’idéal

    Sans s’éloigner de la volonté de représenter le monde idéal, que ce soit concret ou abstrait, les œuvres qui appartient à ce domaine Géographies de l’idéal sont éclectiques, même comme la réalité du XXe siècle. On ne trouve pas de limites dans les avant-gardes.

    . Salle 7 : Le besoin d’un nouvel ordre en la relation de l’individu avec le monde donne libre cours à l’expérimentation. Le Noucentisme commence en 1906 à Catalogne. Sa volonté de représenter le monde idyllique est une des caractéristiques, qui a facilité son passage au surréalisme. 

    Œuvres de : Sunyer, Girona, Planells...

    . Salle 8 : L’artiste veut représenter la structure du monde depuis le cubisme, le constructivisme et l’op art. Il veut reconnaître la pensée ou ce que c’est tangible en l’art, , afin que la réalité devient infinie.

    Œuvres de : Vasarely, Torres-García, Segal